FANDOM





La panthère des neiges, aussi appelée léopard des neiges, once, ou encore irbis, est un félin d'Asie centrale. Vivant principalement dans les endroits froids et escarpés, elle est à ce jour menacée d'extinction.

Il est très difficile d'en apercevoir à l'état sauvage, les données principales provenant de spécimen recueillis dans des zoos ou des parcs nationaux.

Classification

Règne : Animal

Embranchement : Chordés

Sous-embr. : Vertébrés

Super classe : Tétrapodes

Classe : Mammifères

Sous-classe : Thériens

Infra-classe : Euthériens

Cohorte : Placentaires

Ordre : Carnivores

Sous-ordre : Féliformes

Famille : Félidés

Sous-famille : Panthérinés

Genre : Panthera

Morphologie

Corps

De taille moyenne, la panthère des neiges possède de courtes pattes et des pieds larges. Les pattes arrières, plus longues et musclées que les pattes avant, lui permettent de sauter jusqu'à six mètres de long.

Sa queue, épaisse et longue, représente presque la moitié de la longueur totale du corps. Celle-ci lui sert à garder l'équilibre en milieu escarpé (à la manière d'un balancier) et à se protéger contre le froid : elle s'enroule autour de l'animal lorsque celui-ci dort, comme une couverture. Enfin, la queue représente une réserve de graisse, très importante en environnement hostile. En captivité, cependant, elle ne lui est pas très utile car l'environnement est sécurisé.

Tête

La tête ronde du léopard des neiges possède de courtes oreilles arrondies lui permettant de stocker la chaleur, et ses yeux varient du gris au vert selon les individus. Les grandes cavités nasales de cette panthère lui permettent une respiration facile dans un milieu en haute altitude, où l'oxygène manque. Elles servent aussi à réchauffer l'air froid lorsque ce mammifère respire. Le museau reste néanmoins court.

Fourrure

Pdn camouflage

Une panthère camouflée parmi les rochers

Le pelage de l'irbis peut varier du gris pâle au gris-jaune, et se renouvelle deux fois par an. Très touffu et constellé taches noires et d'ocelles, il lui sert à la fois de protection contre le froid, en ayant une épaisseur de six à douze centimètres selon les zones du corps, et de camouflage dans les paysages rocheux et enneigés d'Asie.

Les poils présents sur les coussinets ont eux aussi un rôle anti-froid, mais ils permettent surtout à la panthère des neiges de se déplacer aisément dans la poudreuse glissante.

Localisation

Aire de répartition du léopard des neiges

Aire de répartition

Répartition géographique

On trouve ce spécimen en Mongolie, à l'Ouest de la Chine, au Népal, au Bhoutan, au Nord de l'Inde, au Pakistan, en Afghanistan, au Kazakhstan, au Kirghizstan, au Tadjikistan, en Ouzbékistan et en Russie à l'état sauvage.

Habitat

La panthère des neiges vit dans les montagnes escarpées et rocheuses, de préférence ravinées avec des falaises.  

La végétation y est composée de steppes alpines broussailleuses et de forêts de conifères, qui peuvent représenter un abri et une source de nourriture (les proies apprécient ce genre d'environnement). Elle fait son gîte dans les renfoncements rocheux et y revient plusieurs fois lorsqu'elle en est proche. 

Cependant, selon les pays où elle vit, son habitat peut grandement varier. En Inde ou au Pakistan, son habitat se compose de montagnes rocailleuses surmontées de forêts de chênes en été et de rhododendrons et/ou de sapins en hiver, alors qu'en Mongolie, elle vit dans des zones rocheuses et de végétation arbustive où le terrain est souvent plat. 

L'once se rencontre donc à partir d'une altitude allant de 600 mètres à 6000 mètres. En général, elle traque ses proies, ce qui explique la grande différence entre les mesures (cf. Méthodes de chasse).

Alimentation

Proies

Markhor

Le markhor, une proie de taille

La panthère des neiges est carnivore. Bien qu'elle traque des proies peu fréquentes en milieu hostile, le grand bharal constitue sa nourriture favorite. En un an, elle peut en manger entre 20 et 30. Cependant, là où cet ongulé a disparu, comme au Pakistan, elle chasse de préférence le markhor. Elle traque également des petits mammifères, surtout la marmotte et le panda roux quand les grosses proies se raréfient. La marmotte est d'ailleurs très chassée durant le printemps et l'été (pour certaines panthères, cela ira jusqu'à représenter 60% de leur régime), dépassant donc la part des ongulés. Là où les proies ont disparu à cause de l'homme, elle attaque le bétail, ce qui lui porte souvent préjudice (cf. Menaces).

Ce félin tue de préférence les ongulés mâles et adultes, qui représentent une plus grande part de nourriture. Cependant, en raison du faible nombre d'études sur cet animal, cette hypothèse ne peut pas encore être prouvée. Idéalement, ce félin mangerait entre 2,5 et 3 kilos de viande tous les deux jours.

Note : pour s'économiser, la panthère des neiges peut se passer de chasser entre dix et quinze jours si elle ne se nourrit que de grosses prises de la taille d'un mouton. Cela s'explique par le fait qu'elle conserve la viande plusieurs jours et s'en nourrit à intervalles plus ou moins longues.

Méthodes de chasse

Pdnrocher

Une irbis à la recherche d'une proie

Lorsqu'elle chasse, l'irbis utilise les crêtes rocheuses comme promontoires pour observer les environs. Une fois la proie trouvée, le prédateur s'en approche peu à peu sans se faire repérer puis bondit pour la saisir. Ensuite, il mord sa victime à la gorge ou à la nuque jusqu'à ce que mort s'ensuive.

Les courses sur les pentes abruptes présentent de grands risques de chutes et la panthère profite parfois des maladresses de ses proies pour les faire chuter et les tuer, évitant ainsi des efforts pénibles. On pense que lors d'une météo pluvieuse ou neigeuse, la faible visibilité par mauvais temps, combinée au pelage de la panthère et au fait que la neige possède une action de sourdine, est un avantage pour elle. En conclusion, elle chasserait plus souvent après les fortes chutes de neiges.

Végétaux

Par rapport aux autres félins, le léopard des neiges ingère la plus forte proportion de végétaux (herbes et brindilles) dans son régime alimentaire : 22% au Pakistan contre plus de 50% au Ladakh. Ils lui permettraient de chasser les parasites en plus de représenter un bon apport nutritif, comme un chat qui se purgerait en consommant de l'herbe. Les fortes proportions ingérées comme au Ladakh sont également révélateurs du manque de proies. L'irbis ne pouvant plus se nourir, elle essaye de se remplir l'estomac et de trouver des protéines tant bien que mal.

Reproduction

Périodes d'accouplement

La panthère des neiges se reproduit en général entre janvier et mars, et donne naissance aux petits entre avril et juin. Là aussi, tout dépend de la région : au Népal, le pic de reproduction se situe en février, alors qu'au Ladakh il se situe à la fin mars. Cette différence de période de reproduction serait due à une différence de climat selon les pays. 

Accouplement

Durant l'accouplement, le mâle saisit la femelle par la peau du cou avec ses dents pour la maintenir. Il dure entre 15 à 45 secondes. Le mâle émet un miaulement aigu à la fin de la copulation. Les accouplements ont beau être brefs, ils restent cependant fréquents : de 12 à 36 fois par jour ! On parle bien entendu de panthères en captivité : à l'état sauvage, peu d'individus ont la chance de se rencontrer.

Portée

Bbpdn

Un bébé once et sa mère au zoo de Beauval

Après 90 à 105 jours de gestation vient la mise bas. La femelle peut mettre au monde jusqu'à 7 chatons. La moyenne est de 2 ou 3 petits. Il y a une portée tous les deux ans.  

La femelle met bas dans une grotte ou un creux dans un rocher qu'elle tapisse avec de la fourrure, près d'une importante source de nourriture pour ne pas trop s'éloigner lors de la chasse. Les petits, dont elle s'occupera seule, naissent aveugles, mais avec un pelage épais. Ceux-ci ouvrent les yeux au bout d'une semaine environ et pèsent entre 320 et 567 grammes. Durant la première semaine, la mère quitte très rarement la tanière, passant son temps à allaiter et toiletter sa portée. Au bout de quatre semaines, les petits commencent à jouer. Ils peuvent manger de la viande à partir de deux mois et découvrir le monde à partir de six semaines.  

Ils commencent à apprendre à chasser entre six et huit mois et suivent leur mère jusqu'à l'âge de 22 mois. Ils atteignent leur maturité sexuelle à 2 ou 3 ans mais ne deviennent parents qu'à partir de 4 ans en général (aussi bien le mâle que la femelle). Les femelles peuvent se reproduire jusqu'à l'âge de 18 ans en captivité, et les mâles jusqu'à 11 ans (la durée de vie à l'état sauvage étant de 15 ans maximum).

Comportement

Envers les Hommes

La panthère des neiges est décrite comme un félin calme, aussi bien en captivité qu'à l'état sauvage. Seulement deux cas d'attaques sur l'homme sont répertoriés ; une première fois par une panthère victime de la rage et le deuxième cas par une panthère âgée et édentée, l'être humain étant alors son dernier espoir pour survivre.

Pdn-cute

Des témoignages de berger racontent que lorsqu'une panthère se fait prendre et se fait massacrer, elle ne cherche pas à se défendre et se laisse tuer. Ce comportement peut être expliqué par le fait que les rencontres entre panthère et homme sont très rares, et donc que la panthère ne les ressentent pas comme une menace.

Tout cela ferait de l'once le "plus doux des grands carnivores".

Entre individus

Ces félins asiatiques vivent en solitaire, comme le tigre et le guépard. Le mâle et la femelle ne forment pas de couple après la reproduction et vivent chacun de leur côté. Cependant, les rencontres entre individus se montrent souvent violentes à l'état sauvage (cf. Accouplement et Médias), car les panthères des neiges ne sont pas habituées à se côtoyer, bien qu'elles communiquent plus ou moins à l'aide des marquages de territoires (cf. Communication).

En captivité, les rapports entre léopards des neiges sont beaucoup plus doux.

Périodes d'activité

L'irbis se montre active aussi bien le jour que la nuit, bien qu'elle préfère chasser tôt le matin ou tard le soir. Là encore, les circonstances varient. Dans les régions urbanisées, elle préfère chasser la nuit, alors que dans les régions plutôt rurales et isolées, elle est active le jour.

Les panthères des neiges se déplacent dans les marques déjà laissées par d'autres animaux, voir d'humain, pour ne pas trahir sa présence. Elle peuvent même marcher dans une couche de 85 cm de neige !

Occupation des territoires

Cet animal occupe de grands territoires, toujours en solitaire ou, dans le cas d'une femelle, avec son ou ses petits. Selon les régions où il vit, leur peut varier : au Népal, il mesurerait environ entre 12 et 39 km² contre 400 km² en Chine. Ceci s'explique par le taux de nourriture qui varierait selon les régions (ils auraient donc parfois besoin de plus d'espace pour trouver plus de proies).

Néanmoins, il semblerait que la taille de leur territoire soit largement sous-évalués. Grâce aux mesures satellites, on pense aujourd'hui que les territoires que l'on estimait à 50km² avant font en réalité 1590km² !

Pdnbois

Une once marquant son territoire en se frottant contre du bois

Pour marquer leur territoire, les léopards des neiges utilisent un marquage olfactif et visuel réalisé à partir de l'âge d'un an et demi. Ils le réalisent grâce à des frottements de leur tête ou de leurs joues sur des troncs d'arbres ou des rochers, des jets d'urines et des griffures. Ce marquage est renouvelé toutes les 3 semaines en moyenne. Il permet aux autres panthères des neiges de savoir si son propriétaire est un mâle ou une femelle, si celle-ci est disponible pour l'accouplement et pour savoir si un territoire est occupé. En général les griffures sont les plus utilisées, surtout près des rivières. 

Des études ont montré que cet animal préférait toujours les pentes escarpées aux pentes douces et aux endroits ouverts, où il se sentirait alors vulnérable. 

Communication

L'once ne rugit pas, elle communique avec des miaulements aigus, perçants et intenses, notamment chez les femelles en chaleur. Leur vocalisation de menace est représentée par des grognements, des grondements, des sifflements et des crachements, similaires au feulement du chat. Elle est d'ailleurs l'un des rares félins à utiliser le prusten

Menaces

Comme expliqué précédemment, la panthère des neiges est menacée d'extinction. En effet, l'once est victime de braconnage pour sa fourrure rare et ses os. Des chasseurs gardiens de troupeaux s'en prendraient également à elle pour protéger leur bétail auquel elle s'attaque parfois, faute de nourriture.

De plus, de part son habitat isolé et du fait qu'un seul léopard des neiges peut occuper un immense territoire, il est très difficile de savoir à combien d'animaux sauvages s'élève leur population, ce qui explique de forts écarts selon les recensements. Les données les plus pessimistes comptent environ 600 individus à ce jour, contre 6 500 pour les plus optimistes.

Préservation de l'espèce

Programmes d'élevage dans les parcs zoologiques

La population captive de ce félin est un des meilleurs exemples d'une gestion efficace d'une espèce menacée. En 30 ans, ce félin est passé du statut d'animal peu connu et difficile à faire se reproduire à un des rares félins dont les populations captives sont saines d'un point de vue génétique pour les prochaines années. 23 panthères auraient même été réintroduites dans leur milieu naturel.

Cependant en 1993, un pic de population a eu lieu. Afin d'éviter la surpopulation, le contrôle des naissances passa de 79 chatons par an en 1990 à 55 chatons en 2000. Ceci fut une réussite puisque le taux de natalité chuta et permit d'éviter une surpopulation, mais cela conduit à l'heure actuelle à un vieillissement de la population. Cette décroissance du nombre d'individus captifs, associée à la forte demande des parcs zoologiques d'avoir cette espèce pourrait augmenter le trafic d'animaux vivants et accroître le danger sur les populations sauvages (les zoos ne pouvant plus capturer d'animaux sauvages). C'est pourquoi le contrôle des naissances a augmenté, favorisant la création de couple à forte diversité génétique. 

Le nombre d'individus sauvages reste pourtant très peu élevé. 

Médias

Sources