FANDOM




Le grand bharal, aussi nommé mouton bleu, est un ongulé, vivant en Himalaya. Il est à ce jour classé comme étant en préoccupation mineure par l'UICN

Classification

Règne Animal
Sous-règne Bilatériens
Infra-règne Deuterostomiens
Embranchement

Chordés

Sous-embr. Vertébrés
Infra-embr. Gnathostomes
Super classe Tétrapodes
Classe Mammifères
Sous-classe Thériens
Infra-classe Euthériens
Cohorte Placentaires
Super-ordre Laurasiathériens
Ordre Cétartiodactyles
Sous-ordre Ruminants
Famille Bovidés
Sous-famille Caprins
Genre

Pseudois

Selon des recherches faîtes en 2008,  le grand bharal et son cousin, le petit bharal , feraient partie de la même espèce, c'est un sujet qui fait encore débat aujourd'hui. Si cela s'avérerait vrai, l'espèce serait alors divisée en deux sous-espèces. Dans ce cas, le nom scientifique du grand et du petit bharal devront être revus.

Morphologie

Cette espèce possède un fort dimorphisme sexuel. En effet, les mâles sont en général plus grands et parfois plus lourds que les femelles tout en possédant des cornes plus grandes et impressionantes. 

Corps

Le corps du mouton bleu fait environ 115 à 165cm de long pour 75 à 90cm de haut selon les individus et leur sexe. Ses quatres pattes se terminent toutes par des sabots lui permettant d'évoluer en milieu montagnard et sur les parois rocheuses sans riquer de tomber ou de se blesser avec des rochers. Sa queue peut faire entre 10 et 20cm selon les individus. 

Tête

La tête de l'animal est fine avec un museau allongé. Il possède une vision bilatéral, c'est à dire que ses yeux sont situés sur les côtés. Le mâle et la femelle on tout les deux des cornes, plus grandes, épaisses, incurvées et imposantes chez le mâle, plus fines, courtes et droites chez la femelle à raison de 80cm de long chez le mâle pour des cornes dépassant très rarement 20cm chez les femelles. Néanmoins, la taille des cornes et leur forme peut beaucoup varier entre les individus, indépendamment de leur sexe.  Le dimorphisme lié aux cornes s'explique par le fait que les cornes représentent un atout non négligeables pour les mâles lors de la période de rut, les femmelles n'en ayant pas autant besoin. (cf. Reproduction)

Pelage

Le grand bharal a un pelage gris-bleuâtre, il change selon l'individu et peux même aller au marron clair. L'avant de ses pattes est noir, son museau, les côtés de sa
Bharal camouflé

Un mouton bleu passant presque inaperçu dans son environnement

tête, son ventre, ses genoux et l'arrière de ses pattes sont blancs. Chez certains individus, le front et le bas du cou sont également noirs.

Son pelage lui offre un camouflage dans les milieux dans lequel il vit afin de ne pas se faire voir par les prédateurs et donc d'augmenter ses chances de survies. En effet, lorsque un bharal repère un possible prédateur ou qu'une sentinnelle alerte le troupeau, il ne va plus bouger afin de disparaître aux yeux du danger et, s'il est tout de même repérer, le mouton bleu prendra alors la fuite, si possible vers les endroits escarpés où les prédateurs ne pourront pas le suivre.  

Localisation

Répartition géographique

Bharal géographie

On peut trouver le grand bharal au Bhoutan, en Chine, au nord de l'Inde, en Birmanie, au Népal, au nord du Myanmar et très rarement au nord du Pakistan où il a presque disparu. 

Quelques témoignages affirment avoir aperçu des moutons bleus au Tadzhikistan mais rien ne le confirme.

Habitat

Ce ruminant vit entre 1000 et 5500 mètres d'altitudes, la plupart du temps aux alentours des 4000 mètres dans les zones rocheuses, certains déserts montagnards, les prairies ou dans les steppes broussailleuses. Il s'adapte facilement aux conditions environnementales, que ce soit face aux fortes chaleurs, soit aux milieux froids et fortement exposé au vent.  De plus son pelage lui permet de passer presque inaperçu dans les biomes où on le trouve ce qui en fait un animal très bien adapté à son milieu de vie. 

Alimentation

Etant un animal herbivore, le mouton bleu se nourrit des herbes trouvables en milieu alpin, de lichens (résultat d'une symbiose entre un champignon et une algue ou une cyanobactérie), de mousse et parfois de graminées.

Lichen

Du lichen et de la mousse, une source de nourriture pour le mouton bleu






Reproduction

Périodes d'accouplement

Chez cette espèce le rut commence en général entre décembre et janvier, parfois pouvant commencer plus précocement, en octobre. Certains mâles vivent parfois seulement entre eux, devant alors trouver des femelles pour s'accoupler durant cette période, alors que d'autres vivent dans des groupes mixtes composés d'individus de tout sexes et de tout âges.

Durant le rut, les cornes des mâles révèlent toute leur utilité. En effet, à la manière d'autres caprins comme les mouflons, les mâles vont se battre avec leurs cornes afin d'empêcher un éventuel concurrent de leur prendre les femelles qu'ils auront pu trouver. Les combats sont parfois violents mais ne font pas de mort. Le gagnant possèdera le droit de s'accoupler avec la ou les femelles présentes tandis que le perdant devra se mettre en quête d'autres femelles. 
Jeune bharal

De jeunes bharal s'entraînant à combattre pour le rut

Les individus âgés ou ceux manquant d'expérience sont grandement défavorisés dans ces luttes.  Cela profite également aux femelles et à l'espèce toute entière, les femelles se voient offrir la protection d'un mâle et le fait que seul les mâles assez forts puissent se reproduire entraîne une sélection au fil des générations et permet à l'espèce de s'enrichir d'individu toujours plus puissants. Cela entraîne également une augmentation de la taille et du volume des cornes, en tout cas chez les mâles. 

Accouplement

Le gagnant peut alors s'accoupler avec la ou les femelles en sa possession. Lors de l'accouplement, et comme chez la plupart des mammifères, le mâle "chevauche" la femelle afin de la pénétrer et d'y déposer sa semence. Les accouplements sont en générals assez rapides. 

Portée

Bharal famille

Une mère et son petit

Le petit est nommé "agneau" comme chez la plupart des autres caprins.

La gestation durent 160 jours, soit environ 5 mois et demi, la femelle accouche alors généralement que d'un seul petit vers la  mi-juin, début juillet. En cette période, les plantes dont ils se nourissent sont plus abondantes qu'à certaines autres périodes de l'année, ce qui permet à la mère de subvenir à ses besoins afin de produire son lait pour son agneau. L'agneau va boire ce lait jusqu'à ses 6 mois environ, ensuite il sera sevré et se nourrira donc des mêmes plantes que les autres mouton bleu. (cf. Alimentation) Les petits atteindront leur maturité sexuel vers 1 an et demi. Cependant, les mâles deviennent pleinement sexuellement actif que vers leur 7 ans, ce qui est assez tard par rapport aux femelles et à la longévité moyenne de l'espèce.

Comportement

Envers les Hommes

Leur comportement vis-à-vis de l'humain peut grandement varier selon les individus et leur histoire personnelle.

Néanmoins, puisque les bharals ne bougent pas lorsqu'ils repèrent un danger, certains pourraient croire que cet animal n'a pas peur alors qu'il suffirait de s'approcher pour qu'ils prennent la fuite. (cf. Morphologie-Pelage)

D'autres aux contraires, de part leurs milieux de vie assez inaxcessibles, n'auront jamais vu d'Homme et ne le craindront pas si l'humain en leur présence ne fait pas de geste brusque ou ne les appeure pas, en hurlant par exemple.

Grand bharal sauvage en Chine

Grand bharal sauvage en Chine

Une femelle se laissant caresser par un randonneur

Entres individus

Etant des animaux grégaires, c'est-à-dire qu'ils vivent en groupe et ont besoin de lien social, les moutons bleus vivent en troupeau avec un nombre variable suivant les périodes de l'année ou le pays dans lequel on les trouve. En général les groupes tournent autour d'une vingtaine à une trentaine d'individu mais on a déjà observé des groupes de plus de 100 mouton bleu ! Lorsque le troupeau broute, des membres du groupes font parfois office de sentinelle afin de prévenir du danger. 

Lors des périodes difficiles, surtout en hiver, les troupeaux voient leurs effectifs grossir puisque l'ensemble des groupes se réunissent dans les endroits où la nourriture est encore présente et en quantité suffisante, notamment dans les vallées et les prairies d'altitudes. Ainsi, au Népal, le nombre de mouton bleu dans les vallées du pays peut être multiplié par 9 lorsque l'hiver arrive !

Les groupes sont mixtes mais il se peut parfois que certains mâles forment des groupes composés exclusivement de mâle. Néanmoins ces groupes se dissoudront lors de la période du rut, chaque mâle se mettant à la recherche d'un groupe de femelle dans le but de s'accoupler. (cf. Reproduction)

Lors du rut, les mâles se créer un harem de femelle qu'ils protégeront des autres mâles en combattant grâce à leurs impressionnantes cornes. (cf. Reproduction)

Avec d'autres espèces

Les moutons bleus ne sont pas gênés par la présence d'autres herbivores près d'eux et partagent volontiers les prairies y compris avec les animaux domestiques d'élevage, tel que les yaks.

Face aux prédateurs

Lorsqu'il repère un prédateur, cet animal va tâcher de rester immobile afin de se camoufler grâce à son pelage. Si il est néanmoins repéré, il va alors prendre la fuite en direction des parois rocheuses où ses poursuivants auront du mal à le suivre. Il restera alors à nouveau immobile pour tenter de se fondre dans la paroi rocheuse et/ou gravira les pentes escarpées.

Périodes d'activité

Ces bovidés d'Asie sont actifs tout au long de la journée et dorment la nuit, si possible près ou sur des falaises abruptes tout en étant camouflé grâce à leur pelage où les prédateurs ne peuvent ni les atteindre, ni les voir. De plus, les teintes bleutées et les tâches noires de leur pelage renforce leur camouflage le soir venu.

Occupation des territoires

Les moutons bleus partagent volontier leur milieu avec d'autres membres de leur espèce ou d'autres herbivores, même le bétail domestique. Le seul moment de l'année où les groupes restent éloignés est lors du rut où les mâles repoussent les autres mâles. (cf. Reproduction)

Menaces

Le mouton bleu est classé comme étant en préoccupation mineure en vue de sa large distribution où l'on suppose qu'il s'y trouve beaucoup d'individus et que le nombre de mort est inférieur au taux nécessaire pour faire passer le grand bharal en presque menacée ou une catégorie inférieure.

Le grand bharal est la principale proie de la panthère des neiges, d'ailleurs dans les pays où la population de mouton bleu se raréfie, comme au nord du Pakistan, ce félin doit s'adapter et trouver d'autres proies s'il veut survivre. Les agneaux peuvent également être la proie de certaines espèces de rapaces. 

Cette espèce est rarement braconné, d'une part grâce à son habitat et à sa petite taille qui n'offre pas beaucoup de viande, et aussi grâce à la récente politique de confiscation des armes à feux mené par la Chine. Néanmoins, certains chasseurs ou éleveurs locaux continuent d'en tuer certains afin d'obtenir de la viande pour la revendre sur les marchés locaux.  Pourtant, cette espèce peut être légalement tué dans le cadre de la chasse au trophée. En Inde cette espèce est également fortement chassée, ce qui contribue à la raréfaction de ce bovidé dans ce pays. 

Sa raréfaction au nord du Pakistan est dûe à une épidémie de gale sarcoptique qui décima les populations de mouton bleu et en a considérablement réduit l'abondance vers le début du XXIe siècle. Les derniers moutons bleus survivants dans cette région du monde sont donc grandement sensibles à la chasse, au braconnage et les experts redoutent une nouvelle épidémie qui pourrait mettre un terme aux populations de grand bharal au Pakistan. De plus, le pays a décidé de construire une route dans les dernières vallées où l'on peut trouver ces bovidés, ce qui va modifier le milieu et attirer de nombreuses personnes qui chasseront sur les abords. 

Au Bhoutan le nombre de mouton bleu continue de croître. Malheureusement, puisque le bharal mange aux même endroits que les troupeaux d'animaux domestiques, ce pâturage intensif endommage alors la végétation de montagne fragile, ce qui fait craindre une forte diminution des populations de mouton bleu dans les années à venir. 

Préservation de l'espèce

De nombreux monastères bouddhistes protègent les troupeaux de bharals aux alentours ce qui contribue aussi au rare braconnage de l'espèce. 

L'espèce se trouve également dans de nombreuses réserves naturelles à travers son aire de répartition, de même la Chine a inscrit le mouton bleu comme étant une espèce protégée de classe II dans sa loi nationale sur la faune de Chine de 1988.

Aussi, beaucoup de pays où on trouve cet animal ont pris des mesures afin de limiter ou d'empêcher les troupeaux d'animaux domestiques et d'élevage de se nourrir dans les plaines où l'on trouve des moutons bleus afin de limiter et d'inverser la destruction progressive de son habitat causé par le surpâturage. 

Grâce à WWF-Pakistan ayant initié le projet Bar valley, les derniers moutons bleus du Pakistan sont protégés par le parc national de Khunjerab qui doit s'agrandir dans les années à venir. La question de la route devant traverser le parc étant également remise en question. 

Médias

  • Grâce à divers utilisateurs, le grand bharal est disponible dans le jeu Zoo Tycoon 2 en le téléchargeant ici.
  • Le mouton bleu est également présent dans le jeu Far Cry 4


Sources et annexes